FACE A LA CRISE SANITAIRE, SE RAPPROCHER DE SES PUBLICS POUR INNOVER ?

L’effondrement du trafic touristique provoqué par la crise sanitaire a profondément déstabilisé la stratégie de développement des publics des sites patrimoniaux en France. En Ile-de-France, le musée du Louvre a vu sa fréquentation se réduire de 72% en 2020 par rapport à 2019, 77% pour l’Etablissement public du Musée d’Orsay et de l’Orangerie et 75% pour le château de Versailles. 46% des experts, consultés dans le cadre d’une enquête de l’Organisation mondiale du tourisme, pensent une reprise des flux touristiques internationaux envisageable, a minima, en 2024. Les sites patrimoniaux en région sont impactés aussi mais dans des proportions moindres. En tout état de cause, cette baisse significative des visiteurs internationaux impose aux lieux patrimoniaux d’adapter leurs stratégies de développement des publics vers les visiteurs nationaux et locaux. Après avoir maintenu à distance le lien avec leurs publics en 2020, les musées et monuments s’engagent de plus en plus dans la création d’offres dédiées pour les publics de proximité afin de maintenir et de développer leur fréquentation.  Pour concevoir des offres attractives et adaptées, des méthodologies de conception participatives se développent. L’objectif : construire des propositions en lien étroit avec des partenaires et des publics afin de répondre au mieux à leurs besoins et attentes. Ce mois-ci, nous vous proposons donc un retour sur ces différentes formes de collaborations déjà à l’œuvre dans certains musées mais aussi dans des lieux dédiés à l’innovation.

1 – A l’origine de la participation et de la concertation : le rôle primordial des écomusées et musées de société.

 

Nous avions déjà abordé dans un précédent article l’émergence progressive au XXème siècle de l’implication des publics dans la gouvernance et la vie des musées. Les figures de Paul Rivet et de Georges-Henri Rivière au musée de l’Homme et au musée national des arts et traditions populaires sont particulièrement éclairantes dans ces approches muséologiques participatives.

 

Les logiques de co-conception développées dans le living lab de la Cité des Sciences évoquées dans notre précédent article.

 

Ces logiques de conception associant professionnels et publics finaux se sont ensuite progressivement développées à partir des années 70 avec la création d’écomusées en lien avec les parcs naturels régionaux (1967) puis, dans les années 80, avec la notion plus large de musées de société. La première définition de l’ICOM des écomusées est révélatrice de l’aspect participatif de ces projets ruraux : « un musée éclaté, interdisciplinaire, démontrant l’homme dans le temps et dans l’espace, dans son environnement naturel et culturel, invitant la totalité d’une population à participer à son propre développement ». (Pour aller plus loin, lire L’environnement et la participation au musée : différentes expressions culturelles des sciences).

 

A ce propos, comme le rappelle le rapport conjoint de l’OCIM et de la Fédération des Écomusées et des Musées de Société (FEMS), les projets avec les habitants sont au cœur de la raison d’être des écomusées et des musées de société,porteurs de valeurs sociales et identitaires présentes dans leurs définitions. Ainsi, 35% des structures répondantes (il existe aujourd’hui environ 180 musées de ce type en France) proposent des ateliers participatifs pour transmettre des techniques et savoir-faire. 

 

L’écomusée du Creusot, un des pionniers dans la concertation des publics.

 

Les écomusées ont œuvré à une participation qui va jusqu’à la création d’une gouvernance concertée. C’est le cas de l’écomusée du Creusot qui semble avoir été le premier musée français à avoir intégré des usagers à son comité de gestion et à son comité scientifique et technique. Ce projet a permis aux habitants d’être à la fois sujets, acteurs et destinataires de leur propre patrimoine (Cf. L’Écomusée Creusot Montceau : métaphore d’un modèle exemplaire). Les habitants ont été ainsi sollicités pour contribuer à la conception des expositions et à l’enrichissement des collections par l’octroi d’objets et de récits. Véritable point d’orgue de cette politique de concertation, la création d’une exposition permanente évolutive a vu le jour en 1974 : L’espace de la Communauté urbaine à travers les âges.

 

Aujourd’hui, la vocation participative des écomusées est parfois remise en question, à l’image d’Hugues de Varine, l’un des instigateurs de ce mouvement, qui remarque que, dans les années 2000, ces musées font désormais face à  « une institutionnalisation” et à un manque de « moyens » peu propices à une politique ambitieuse de concertation avec les populations locales (voir son interview). 

 

Malgré ce constat en demi-teinte, bibliothèques, musées et monuments s’inspirent de plus en plus des pratiques de concertation développées dans les écomusées pour concevoir avec leurs publics des projets de médiation.

 

2 – Musées, monuments et bibliothèques : vers des logiques de conception concertée en lien avec des publics et des non-publics.

 

Depuis quelques années, des lieux patrimoniaux mettent en place des ateliers de co-conception avec leurs publics, voire, mobilisent de façon systématique des comités d’usagers pour orienter et développer leurs politiques de médiation.

 

A titre d’exemple, la Bibliothèque nationale de France (BnF), fraîchement dotée d’une Direction des Publics (2018), souhaite pérenniser la mise en place d’une communauté d’usagers. Cette communauté est mobilisée régulièrement par le biais de comités, opportunités pour l’établissement de recueillir des retours sur sa politique des publics, de réaliser des entretiens, de tester des dispositifs ou de co-créer avec ses usagers de nouveaux projets. Le personnel de la BnF est régulièrement associé à l’animation de ces comités, à l’instar des commissaires d’exposition, pour mieux cerner les besoins et attentes des publics et anticiper d’éventuels nouveaux projets. Ces enquêtes font aussi l’objet de restitutions régulières auprès des équipes de la bibliothèque et mises à disposition de ses publics sur son site Web.

 

Des restitutions régulières sont réalisées auprès des publics et du personnel de la BnF.

 

Pour recruter les participants à ces comités, la BnF, selon ses besoins :

  • Mobilise des publics sur place,
  • Exploite son fichier visiteurs,
  • Fait appel aux représentants des lecteurs (élus pour 3 ans), aux réseaux sociaux ou à des prestataires extérieurs pour identifier des publics plus éloignés et moins coutumiers de la Bibliothèque.

 

La BnF recrute, par exemple, des participants pour des focus groupes sur les réseaux sociaux.

 

Le recrutement de participants pour des focus groups via les réseaux sociaux et l’emailing fut par exemple utilisé lors de l’élaboration de l’exposition Tolkien, Voyage en Terre du Milieu. En février 2018, la BnF a lancé un appel à volontaires à destination des visiteurs potentiels selon deux critères : le rapport à l’œuvre de Tolkien (connaisseurs ou non) et un lien avec la BNF (habitués et novices). Quatre séances de réflexion collective en groupe de 10-15 personnes (sélectionnés parmi les 300 volontaires ayant envoyé une candidature) furent ainsi constituées pour aider les commissaires d’expositions dans le choix des œuvres à exposer et les chargés d’études dans la finalisation de leur travail préliminaire. Au-delà du succès de fréquentation (70% des publics avaient moins de 35 ans), les résultats du rapport de réception de l’exposition mettent en valeur l’importance de l’intégration des fans en amont de celle-ci pour intégrer de nouveaux publics et enrichir les liens qu’ils entretiennent avec la BnF (une grande majorité n’étaient jamais venus à une exposition dans la Bibliothèque).

 

A l’instar de la BnF, le Musée Dobrée de Nantes, fermé depuis plus de 10 ans, a fait appel régulièrement à un ensemble de partenaires (associations locales, établissements scolaires, etc.) pour réaliser des ateliers citoyens et définir le projet, les offres et la programmation du futur musée (réouverture prévue en 2022).

 

Le projet de rénovation du musée Dobrée a fait l’objet de nombreuses concertations avec les nantais via l’organisation d’ateliers citoyens.

 

Inspiré par ces différents exemples, {CORRESPONDANCES DIGITALES] initie une démarche de co-conception similaire avec le musée national de la Marine. Dans l’optique de la prochaine réouverture du musée, les dispositifs de médiation, les visites, ateliers et ressources pédagogiques et éducatives seront partagés (parfois construits), validés et ajustés en étroite collaboration avec des enseignants, des éducateurs et des structures, relais du champ social et du handicap. Entre septembre et décembre, pas moins de 6 ateliers sont prévus.

 

Au cœur du projet de rénovation du musée de la Marine, la concertation régulières de partenaires, relais du champ social, éducatif et du handicap.

 

Ces logiques d’inclusion à l’œuvre dans différents lieux patrimoniaux sont aussi particulièrement emblématiques de modèles de collaborations développés dans d’autres lieux ou acteurs innovants tels que les tiers-lieux, fablabs, espaces de coworking ou incubateurs. L’enjeu majeur de ces lieux étant d’animer une communauté active et engagée dans la réalisation de projets citoyens, sociétaux, environnementaux, entrepreneuriaux, éducatifs ou culturels.

 

3. Acteurs innovants : animer et innover avec sa communauté.

 

Particulièrement inspirants pour les lieux patrimoniaux, ces lieux innovants vont, par exemple, développer des programmes ou des évènements dédiés pour recruter et fédérer une communauté active autour d’un projet. 

 

La création de programmes permet d’accompagner dans la durée des publics pour mener différents projets. Depuis sa création, l’association Signes de Sens a développé un réseau de partenaires particulièrement riche et diversifié : bibliothèques / médiathèques, librairies, maisons d’éditions accessibles, partenaires financiers (régions, fondations d’entreprises, mécènes) et associations spécialisées (relais communication), etc. A partir de 2017, différents ateliers ont été menés avec ces partenaires pour créer un programme en accessibilité universelle pour les jeunes publics : le programme Education Jeunesse Accessibilité (EJA). Chacun de ces acteurs a ainsi œuvré à l’élaboration de ce projet et la constitution d’une telle communauté participe à l’animation active de ce programme. Le projet mobilise aujourd’hui une trentaine de bibliothèques et bénéficie du soutien du réseau de magasins Cultura (73 magasins en France).

 

Le programme Education Jeunesse Accessibilité, fruit d’une concertation particulièrement riche entre différents acteurs d’un territoire.

 

Autre procédé de mobilisation : l’évènementialisation. Des lieux innovants usent, par exemple, de ce procéder pour attirer, mobiliser et faire contribuer leurs communautés à des projets citoyens ou entrepreneuriaux. C’est le cas du fablab Villette Makerz, espace multidisciplinaire situé dans l’un des folies du parc de la Villette. Le lieu propose, en semaine, des espaces et des ressources à une communauté professionnelle (espace de coworking, espaces de fabrication, projets, etc.) et déploie, le week-end, une programmation pour les publics du parc de la Villette (ateliers, évènements, expositions, etc.). Grâce à la diffusion d’une campagne de communication ciblée, Villette Makerz, en fonction du projet à mener, est en mesure de créer une variété d’évènements pour mobiliser sa communauté, ses partenaires (par exemple, l’association de prévention du site de la Villette) ou les publics familiaux reçus le week-end. En 2019, dans le cadre d’un projet auquel avait contribué {CORRESPONDANCES DIGITALES], le fablab avait, par exemple, testé et ajusté une offre d’atelier pour le 11 Conti-Monnaie de Paris auprès des publics familiaux fréquentant le lieu en fin de semaine.

 

Le fablab Villette Makerz, lieu innovant à la croisée d’une multiplicité de publics mobilisés selon le type de projets à concevoir.

 

Quel que soit le format de mise à contribution, les méthodes de co-conception et de prototypage rapide issues du design thinking sont souvent mobilisées. Schoolab forme, par exemple, régulièrement des étudiants à l’usage de ces méthodes à partir de projets confiés par des partenaires. Pas à pas, les étudiants sont invités à observer et recueillir des informations auprès des usagers potentiels d’un projet. A cette première étape, des ateliers d’idéation et de prototypage rapide sont réalisés pour explorer des pistes concrètes de mises en œuvre. Ces pistes sont ensuite restituées et consolidées en lien étroit avec les partenaires. Ces méthodes favorisent une plus grande empathie avec les usagers pour mieux saisir leurs besoins et leurs contraintes. De surcroît, elles permettent de concrétiser rapidement des idées par le biais de prototypes qui pourront alors être soumis à des tests de pertinence auprès des publics cibles.

 

Au cœur de ces ambitions collaboratives, un corpus de méthodologies telles que le Design Thinking sont mobilisées.

 

La crise sanitaire a révélé la capacité des lieux patrimoniaux à innover et à s’adapter à la crise (voir la crise sanitaire, une opportunité pour innover). La recomposition de la fréquentation des lieux culturels suite à ces longues périodes de fermeture, la conquête de nouveaux publics lors des périodes de confinement et l’effondrement du tourisme international invitent à repenser leurs rapports aux publics et plus largement, le rapport à leurs missions. 

 

Dans une certaine mesure, entre transmission et innovation, la participation des publics peut contribuer à revenir au cœur des missions des musées, monuments et bibliothèques. L’anthropologue Maurice Godelier insistait d’ailleurs sur cette importance de ne pas séparer les publics des collections : « Garder, c’est ne pas séparer les choses des personnes parce que dans cette union s’affirme une identité historique qu’il faut transmettre». Les missions de conservation et de diffusion des sites patrimoniaux pourraient donc s’enrichir dans la concertation avec leurs publics et, plus largement, dans la prise en compte d’aspirations sociétales à participer. Selon le rapport Inventer des musées pour demain, 57% des 15-24 ans considèrent pouvoir participer à la conception d’expositions (contre 49% de la population prise dans son ensemble). Charge en est désormais aux professionnels de la culture d’accompagner cette volonté à participer selon leurs enjeux, leurs moyens et leurs contraintes. 

.  

Baudouin DUCHANGE et Antoine ROLAND

Partagez

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook

D'autres lectures

Restons en lien

Abonnez-vous à la Newsletter

{CORRESPONDANCES DIGITALES] est une agence de conseil en ingénierie culturelle. Nous vous accompagnons dans vos projets d’innovation en médiation et communication.

Nos partenaires

Partenaires Correspondances Digitales
Partenaires correspondances Digitales
Partenaires Correspondances Digitales

Contactez-nous

{CORRESPONDANCES DIGITALES] est une agence de conseil en ingénierie culturelle. Nous vous accompagnons dans vos projets d’innovation en médiation et communication culturelle.

Nos partenaires

Partenaires Correspondances Digitales
Partenaires correspondances Digitales
Partenaires Correspondances Digitales
Partenaires Correspondances Digitales

Contactez-nous

© Correspondances Digitales, Tous droits réservés

Restons en lien, abonnez-vous à notre newsletter